pas d’effet flagrant du vote sur l’épidémie


La participation aux municipales ne semble pas avoir eu une influence mesurable sur la propagation du virus.

Premier tour des élections municipales à Paris, le 16 mars. L’abstention en Farnce s’était établie à 55,34 %.
Premier tour des élections municipales à Paris, le 16 mars. L’abstention en Farnce s’était établie à 55,34 %. Sébastien SORIANO/Le Figaro

Le 12 mars dernier, le président de la République annonce dans une allocution historique que l’épidémie de Covid-19 «est la plus grave crise sanitaire qu’ait connue la France depuis un siècle». On compte alors moins de 3000 cas confirmés et une soixantaine de décès «seulement» mais la dynamique exponentielle est amorcée et les épidémiologistes sont formels: si rien n’est fait pour l’enrayer brutalement, elle se poursuivra inexorablement.

Emmanuel Macron annonce la fermeture des écoles, appelle les personnes les plus fragiles à rester chez elles, et les autres à appliquer plus strictement les mesures d’hygiène et de distanciation sociale qui permettraient de freiner l’épidémie. Puis, à la surprise générale, il maintient le premier tour des municipales prévu trois jours plus tard.

On ne pourra jamais mesurer l’impact que ce message ambigu aura eu sur la prise de conscience collective de la situation. Toujours est-il que deux jours plus tard, le 14 mars, Édouard Philippe prend la décision,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment



Source link

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*